Les dernières actualités de GM Pension services

16 septembre 2022 | commentaire(s) |

Sébastien Brocard

Retrouvez toutes les dernières informations à connaître sur l’évolution des marchés financiers, des taux d’intérêts ainsi que sur la réforme de la LPP 21.

Evolution des marchés financiers et des espérances de rendement

Au cours du deuxième trimestre 2022, les principales banques centrales ont resserré leur politique monétaire et annoncé sa poursuite dans un contexte inflationniste. Les prix de l’énergie et des denrées alimentaires pourraient se maintenir à niveau élevé, étant donné que la fin du conflit en Ukraine est encore d’être encore en vue. Les marchés des capitaux ont donc anticipé un risque accru de récession, ayant un impact direct sur le prix des actions, la hausse des taux d’intérêt et des spreads de crédit. Outre le risque à court terme élevé, les perspectives ne sont donc pas très bonnes avec un cycle économique qui devrait rester contracté sur un horizon de 2 ans, principalement en raison d'une inflation élevée. Toutefois, cette dernière devrait décroître progressivement. De plus, les attentes de rendement des obligations souveraines et d’entreprises avec la hausse des spreads se sont nettement améliorées.

Le premier tableau dans le PDF ci-dessous montre l’évolution des attentes de rendement et de risque entre le 31.12.2021 et le 30.06.2022 des indices Pictet LPP selon les hypothèses fournies par Ortec Finance.

A titre d’information, le rendement à l’échéance de l’indice des obligations en CHF SBI AAA – BBB TR est passé de -0.02% à 1.45% sur cette période.

Mesures à envisager: avec la hausse des taux d’intérêt et le niveau élevé du risque à moyen terme, vérifier avec un expert que l’allocation stratégique soit toujours adaptée et notamment son ratio rendement / risque

Influence de la hausse des taux d’intérêt et du retour de l’inflation

Etant donné que la borne supérieure de la directive technique DTA4 est fonction de la moyenne sur 12 mois des taux à l’échéance des obligations de la Confédération à 10 ans majorée de 2.5%, la hausse des taux d’intérêts entraînera son augmentation. Si les taux à 10 ans se maintiennent à leur niveau actuel, la borne supérieure sera d’environ 2.6% pour les l’institution de prévoyance (IP) utilisant des tables de mortalité périodiques et d’environ 2.9% pour celles utilisant des tables générationnelles. Elle devrait donc augmenter de près de 0.8 point de pourcentage par rapport à sa valeur de fin septembre 2021. Attention, le taux d’intérêt technique doit être en adéquation avec l’espérance de rendement attendu de la stratégie de placement en considérant une marge de sécurité. Il doit aussi prendre en compte la structure et les caractéristiques de l’IP.

Une hausse du taux d’intérêt technique entraînerait une réduction des capitaux de prévoyance des rentiers et de certaines provisions techniques. Ainsi, elle entraînerait une amélioration du degré de couverture et de la sécurité financière à court terme de l’IP en reconstituant une partie de la réserve de fluctuation de valeurs, consommée par la performance négative du portefeuille en 2022. En contrepartie, le besoin de rendement augmenterait. De manière générale, le maintien ou l’augmentation des taux d’intérêt technique pourrait freiner, voire interrompre, la baisse des taux de conversion et même entraîner leur augmentation pour les IP avec un taux de conversion actuariellement neutre.

Le maintien de l’inflation pourrait entraîner à moyen terme une hausse des salaires et un besoin d’adaptation des rentes (indexation ou de versement de bonus de rente). Dans ce cas, il serait nécessaire de veiller à la répartition du rendement généré entre le taux crédité (maintien du taux de remplacement si les salaires augmentent) et l’amélioration des rentes (éviter une perte de pouvoir d’achat des rentiers) en considérant la manière dont chacun a été traité par le passé (taux de conversion utilisée, taux crédité, etc.).

Mesures à envisager: examiner avec votre expert les opportunités de changement de taux d’intérêt technique et l’impact potentiel d’une telle décision.

Point de situation sur la réforme LPP 21

Les chambres fédérales semblent être en accord avec le Conseil fédéral sur deux points de la réforme LPP 21. Il s’agit de la baisse du taux de conversion à 6% et de la nécessité d’introduire des mesures transitoires de compensation pour la génération d’entrée. Pour le reste, les divergences sont nombreuses et touchent le seuil d’entrée, le début de l’épargne, la déduction de coordination, le salaire coordonné minimal, le niveau et le financement des mesures transitoires comme le montre le deuxième tableau ci-dessous.

Pour corser le tout, le Conseil aux Etats, tout en entrant en matière sur la réforme, a demandé à la commission CSSS-E de revoir sa copie pour des analyses complémentaires notamment en ce qui concerne les mesures transitoires pour la génération d’entrée et leurs coûts.

A ce stade, une seule chose est certaine: si chaque chambre campe sur ses positions, la réforme n’est pas prête à sortir du Parlement. 

Mesures à envisager: en cas de volonté de changer le plan de prévoyance dans l’intervalle, prendre en considération les projets relatifs aux bonifications d’épargne 

Sébastien Brocard

A propos de l’auteur

Sébastien Brocard

Expert LPP au Groupe Mutuel

Voir tous les posts de Sébastien Brocard

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire

Les articles peuvent vous interresser

Groupe Mutuel

Rue des Cèdres 5 Case postale, 1919 Martigny    |    +41 0848.803.111

Nous suivre

Partager

Aimez

commentez