Vade retro satané stress!

17 septembre 2019 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Martin Romang

C’est l’ennemi le plus vicieux de notre santé au travail. Le stress envahit sournoisement les collaborateurs d’une entreprise et lorsqu’ils s’en rendent compte, il est souvent trop tard. Manque de productivité, perte de qualité, absences plus ou moins longues, les conséquences du mal professionnel du siècle ne sont pas anodines. Afin de mieux diagnostiquer ce fléau, en trouver les causes et pouvoir les éliminer pour mieux guérir, les spécialistes de la santé en entreprise du Groupe Mutuel se sont récemment armés d’un outil performant : le Job Stress Analysis.

Le stress aussi, ça se mesure

Job Stress Analysis est un programme conçu pour mesurer le rapport entre contraintes et ressources au sein d’un groupe de personnes. C’est justement sur ce rapport que tout se joue. Lorsque les contraintes liées au travail quotidien dépassent les ressources disponibles, le stress s’installe. Promotion Santé Suisse s’est donc associée à l’Université de Berne (Unibe) pour mettre au point un outil prouvé scientifiquement et qui s’appuie sur la plus large base de données en Suisse, pour une exactitude inédite dans les résultats.

De manière confidentielle, l’outil passe en revue l’environnement de travail des collaborateurs pour en tirer deux analyses distinctes:

  • La première est individuelle et envoyée uniquement à l’employé. Ces résultats lui donnent une vue aérienne sur son niveau de stress quotidien, ainsi que les clés pour le diminuer.
  • La deuxième analyse concerne le groupe et n’est communiquée qu’au responsable du projet. Les données sont complètement anonymes et permettent d’évaluer la situation au sein de son équipe, ainsi que d’identifier les sources de stress.

Pleinement consciente de la situation et sachant exactement où agir, l’entreprise peut alors prendre les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de travail de ses employés.

Et si il y avait le feu au lac?

À la base du Job Stress Analysis on retrouve le Job Stress Index. Cette étude annuelle, menée par le trio Promotion Santé Suisse, Unibe et la HES de Sciences appliquées de Zurich, tend à établir un indice de stress des citoyens actifs du pays, selon le rapport contraintes/ressources qui rythme leur quotidien professionnel. En 2018, il en ressort que ce sont près d’un quart des travailleurs suisses qui subissent un stress significatif au quotidien. Autrement dit, une entreprise sur quatre ne fournit pas à ses collaborateurs les conditions nécessaires à la réalisation de leurs tâches quotidiennes. Pour elles, les conséquences économiques du stress peuvent être désastreuses. Outre les absences à répétitions ou de longue durée, le manque de productivité induit par le stress représente une perte de 6,5 milliards en francs pour le dernier exercice.

Si le burnout est sur toutes les lèvres, le chemin qui y mène devrait lui aussi être mis en lumière. Discrètement, il fait perdre beaucoup d’argent aux entreprises et mine la santé des personnes actives. Prendre le problème à la racine et stopper la gangrène, avant qu’elle n’ampute de précieux collaborateurs à l’entreprise, est donc une nécessité économique et sociale.

Un outil de prévention incontournable

Au vu de l’importance et de l’ampleur du « phénomène stress » dans la vie active, le service CorporateCare du Groupe Mutuel se devait de proposer des solutions de prévention à ses clients. Après avoir obtenu l’accréditation pour l’utilisation de Job stress Analysis, il peut aujourd’hui accompagner les entreprises dans l’utilisation de cet outil.

Dans ce cadre, il assiste à la définition des groupes d’étude, met en place les tests et fournit les résultats. Tel un IRM de la compagnie ou du département, Job stress Analysis permet au service de poser un diagnostic en mesurant le degré de stress et en en identifiant les causes. De là, il peut définir des mesures pour prendre le chemin de la guérison. Deux ans plus tard, une nouvelle analyse permettra d’évaluer l’efficacité du traitement appliqué.

A propos de l’auteur

Spécialiste CorporateCare

Voir tous les posts de Martin Romang

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire