Indemnités journalières : Couvrir le risque financier dû à une maladie ou à un accident

18 janvier 2019 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Florian Theytaz

Vous ne le savez peut-être pas mais l’assurance-accidents (LAA) et l’assurance collective d’indemnités journalières maladie (perte de gain maladie) appartiennent au 2ème pilier, au même titre que la LPP. Facultative, l’assurance indemnités journalières maladie est pourtant adoptée par 80% des employeurs suisses. Si tout le monde y trouve son compte, grâce à la couverture du risque financier d’une maladie tant pour l’employeur que pour l’employé, encore faut-il, en tant que patron, choisir la couverture la plus adaptée. L’organisme de conseil en financement VZ VermögensZentrum s’est penché sur la question lors d’une étude à l’étendue nationale. Une occasion rêvée de faire un zoom sur cette assurance.

Blessé mais pas fauché

Notre système de prévoyance est constitué de trois piliers : le soutien étatique (AVS, AI,…), le soutien professionnel (LPP notamment) et le soutien personnel (3ème pilier, assurance-vie,…). Ce deuxième pilier qu’est la prévoyance professionnelle englobe des assurances obligatoires, pour les salariés dépendants, (LPP et LAA) et facultatives (assurance-accidents complémentaire et assurance indemnités journalières maladie).

Lorsqu’un accident, ou une maladie, prive un employé de ses pleines capacités à exercer son métier, ces couvertures viennent alors panser les plaies financières qui en découlent. C’est pourquoi le spécialiste du conseil financier VZ VermögensZentrum donne quelques astuces pour penser à assurer la sécurité financière de votre entreprise et celle de vos collaborateurs, quoi qu’il arrive.

Le montant des primes et le taux de sinistre

Si l’on peut toujours chercher la prime la moins chère, la stabilité financière de l’assureur a également son importance. Pour anticiper sur d’éventuelles fluctuations massives des primes, le VZ VermögensZentrum porte notre attention sur le taux de sinistre. Celui-ci est calculé selon le ratio entre les entrées (les recettes de primes) et les sorties (le versement des prestations et les provisions) de la caisse. Si l’on observe ce taux moyen sur une période de trois ans, on obtient un bon indicateur de la santé financière de l’assureur :

  • Moins de 65% : Les primes sont probablement trop élevées et il existe certainement une solution plus compétitive.
  • Entre 65% et 75% : La situation financière est stable. Les primes ne devraient pas augmenter de manière globale dans l’immédiat.
  • Plus de 75% : Les revenus ne sont pas suffisants. Il faut certainement s’attendre à une hausse des primes imminente.
Sur cette base, le Groupe Mutuel se positionne idéalement. Ce résultat découle d'une très bonne gestion financière et des actions entreprises, notamment dans le domaine de la prévention, afin de conserver un taux de sinistralité aussi bas que possible.

Les différentes couvertures et prestations

Toutes les offres ne se valent pas, que ce soit par leur coût ou leurs prestations. Tout l’enjeu tient donc dans le fait de trouver la couverture la plus adaptée, au meilleur prix. Si la plupart des entreprises suisses souscrivent à cette assurance facultative, cela signifie qu’elles ont un réel besoin de soutien de la part de leur assureur.
Congé non payé, maintien du salaire en cas de maladie ou allocations familiales, les prestations de l’assurance indemnités journalières sont une réelle béquille dans bien des situations. Plus la couverture est étendue et plus l’entreprise, ses collaborateurs et leurs proches sont à l’abri en cas de pépin.

Selon l’étude VZ VermögensZentrum, le Groupe Mutuel offre les couvertures parmi les plus complètes du marché, principalement en assurance indemnité journalière maladie.

Autre point important lors du choix d’une nouvelle couverture : la renonciation au droit de résiliation. Il est toujours plus agréable de savoir que son assureur sera toujours là en cas de besoin.

A propos de l’auteur

Responsable de l’assurance vie

Voir tous les posts de Florian Theytaz

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire