Un taux positif est à nouveau une bonne nouvelle

01 mars 2021 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Alain Anthamatten

Bâtir sa prévoyance pour ses vieux jours est un sujet important. Si l'objectif de la Confédération était de permettre à sa population, par ses deux premiers piliers, d'atteindre environ le 60 % du dernier salaire une fois à la retraite, la réalité met ce pourcentage à rude épreuve. La quantité et la qualité de nos cotisations sont déterminantes.
Cette année encore, et malgré une situation sur les marchés compliquée, Groupe Mutuel Prévoyance-GMP peut garantir la qualité de notre 2ème pilier, grâce à un taux d’intérêt de +1,75%.

La prévoyance en Suisse est un système à 3 piliers, qui permet de s’adapter à chacun tout en garantissant un service minimum. Alors que l’AVS est une assurance sociale obligatoire et uniforme, le 2ème pilier a pour vocation de le compléter, sur une base obligatoire mais individuelle. C’est-à-dire que, à l’intérieur de la fourchette définie, entreprises et employés peuvent ajuster leur participation. Le 3ème pilier vient renforcer l’édifice par une cotisation facultative et fixée librement. Les deux facteurs influents sur nos rentes sont l’évolution démographique et les fluctuations économiques, qui agissent sur la quantité du pot commun de l’AVS (1er pilier), et ont un impact sur la qualité des cotisations de la prévoyance professionnelle (2ème pilier).

Quantité : Combien peut-on donner?

Avec l’évolution démographique de la Suisse, le 1er pilier est mis à mal et toute une génération a conscience qu’elle ne pourra pas vivre sur son AVS une fois à la retraite, comme le font leurs grands-parents. On constate également un exode des aînés vers des pays bien plus accessibles, en termes de coût de la vie, que la Suisse.

  • Pour ce pilier social, c’est la quantité qui pose problème.

Les boomers atteignent l’âge de la retraite. L’explosion des naissances entre 1941 et 1974 se confronte au creux de l’an 2000. Alors que l’on comptait environ 110'000 naissances en 1964, celles-ci peinaient à dépasser les 70'000 en 2000. Ce déséquilibre nous amène à une période où les cotisations peineront à supporter les rentes.

Qualité : Comment est-ce qu’on cotise?

La prévoyance professionnelle est une assurance obligatoire dont les prestataires sont des organismes privés. Les cotisations sont fixées librement par l’employeur, dans la fourchette fixée par la confédération. Il est également possible de proposer à l’employé d’augmenter sa participation et de racheter des années non-cotisées, afin d’augmenter son capital-vieillesse.

  • Nos avoirs dépendent du taux de cotisation et de la qualité des placements de l’institution de prévoyance.

Les institutions de prévoyance placent l’argent des cotisations dans le but de le faire fructifier. Si l’économie joue un rôle crucial dans le rendement des cotisations, la politique de placement de l’organisme de prévoyance professionnelle fait également la différence.

  • Le taux d’intérêt minimal, fixé par la Confédération, est de 1%.

Groupe Mutuel Prévoyance (GMP) garantit un taux supérieur à ses assurés depuis 9 ans. La crise du coronavirus a mis à mal les marchés financiers,  cependant, GMP par sa gestion peut offrir un intérêt de 1,75% à ses assurés en 2021.

Cette stabilité a récompensé la prudence et l’anticipation qui ont toujours guidé la gestion de Groupe Mutuel Prévoyance-GMP.

En savoir plus sur la prévoyance

A propos de l’auteur

Responsable Clientèle Vie et LPP

Voir tous les posts de Alain Anthamatten

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire