L’agriculture biologique et sa logique

30 juillet 2018

Voir tous les posts de Tanya Lathion

L’agriculture biologique a le vent en poupe. Si elle était autrefois réservée à ceux qui avaient un budget de ménage supérieur à la moyenne, elle s’est aujourd’hui démocratisée. Affichant plus ou moins les mêmes prix que leurs copains sulfatés, les légumes bio ont bonne réputation. Ils nous font du bien, mais ils font aussi du bien à notre terre.

Quand les cultures s’installent en coloc

Dans l’agriculture classique, la monoculture est largement préférée. Ceci consiste à ne planter qu’une seule et même variété, sur une surface donnée. Avec ce système, les nuisibles de la plante prolifèrent. Premièrement, car la plante dont il se nourrit pousse à volonté dans ce périmètre donné. Deuxièmement, parce que les animaux avec lesquels ils pourraient être en concurrence quittent les lieux pour des habitats qui leur correspondent plus. Pour sauver la culture, face à cette invasion, il reste la solution chimique.

Au contraire, dans l’agriculture biologique, les parcelles accueillent des polycultures. En semant plusieurs variétés de plantes dans un même espace, les agriculteurs préservent la biodiversité. Les êtres qui peuplent les lieux sont variés et comprennent un large éventail d’insectes bénéfiques ainsi que des animaux en voie d’extinction. L’équilibre naturel d’un écosystème juste empêche l’augmentation incontrôlée de nuisibles. Ainsi, les récoltes ne sont pas mises en danger et le recours aux pesticides devient nettement moins nécessaire.
Aujourd'hui, on ne peut malheureusement plus prétendre à un produit 100% Bio. Découvrez pourquoi dans cette vidéo et comment les agriculteurs bio se battent pour faire perdurer leur savoir-faire respectueux.

Objectif numéro un : un sol sain

En plus de la cohabitation des variétés, l’autre enjeu majeur de l’agriculture biologique est la gestion des sols. Alors qu’une récolte a puisé ses nutriments dans le sol durant toute sa croissance, le défi est de semer une plante dont les besoins ne sont pas identiques à ceux du locataire précédent. Ainsi, la terre a encore quelque chose à offrir et peut se régénérer calmement. La décomposition des matières organiques viennent donner un coup de pouce aux sols. Ainsi, fumier et compost apportent la fertilité nécessaire à la terre et il n’est plus nécessaire d’avoir recours à un stimulant de synthèse.

L’agriculture biologique est donc une agriculture de qualité. Elle est comparable à un sportif désirant se surpasser grâce à l’effort et aux connaissances de son corps, tout en restant à l’écart du dopage.

Des effets bénéfiques pour la santé

Bien que les études menées ne possèdent pas encore tout le recul nécessaire, on constate auprès des aliments cultivés de manière biologique deux atouts majeurs pour notre santé :

  • Pas de produits chimiques. Entre les pesticides, les herbicides et les fongicides, les substances neurotoxiques pénètrent la peau des fruits et y laissent des traces. Même en rinçant abondamment les aliments, nous nous exposons à des substances néfastes pour la santé.
  • Plus de polyphénols. Ces molécules colorées sont d’excellents antioxydants. Très bénéfiques pour la santé, spécialement dans la prévention des cancers, elles sont beaucoup plus présentes dans les aliments issus de l’agriculture biologique que dans les cultures industrielles.


Quand c’est bon pour nous et pour la nature, inutile de s’en priver. Et dans l’idéal, n’oubliez pas de consommer des produits locaux et de saison !

A propos de l’auteur

Rédactrice Web

Voir tous les posts de Tanya Lathion