Dévotion, « détox », ou juste un tour de taille ?

18 mars 2020 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Gilles Tornay

Le carême : Période de jeûne, de pénitence et de dévotion instituée par le catholicisme. Une pratique religieuse qui ne soulève plus vraiment les foules. Car aujourd’hui, le carême est davantage motivé par la volonté de se refaire une santé sous forme de « détox » après les fêtes et le carnaval. Mais quels sont les conséquences pour le corps ? Un jeûne ou une diète trop stricte peut être plus risqué qu’avantageux.

Comment ça « risqué » ?

En période de carême, nombreux profitent de cette « bonne occasion » pour ralentir voir supprimer la quantité d’un aliment ou d’une boisson jugée mauvaise pour leur ligne ou leur santé. Quand bien même cet élan est louable, si cela est pris trop au sérieux et se transforme en diète stricte, les effets sur le corps (et sur l’esprit) peuvent être néfastes. En effet, contrairement à la croyance populaire, une diète n’est pas forcément bonne pour la santé.

Saviez-vous que :

  • Les diètes peuvent présenter des risques pour notre santé physique. Toute carence en vitamines, en minéraux ou en énergie peut engendrer déshydratation, fatigue, troubles digestifs ou perturbation hormonale.
  • Les diètes peuvent présenter des risques pour notre santé mentale. Se priver malgré la faim développe une relation négative avec la nourriture et peut engendrer des troubles de comportements alimentaires ou une détérioration de l’estime de soi.
  • Une diète est généralement contre-productive si le but est la perte de poids. Bien qu’à court terme l’objectif soit facilement atteint, dans un second temps, il y a reprise du poids initial et davantage encore.
  • Une diète s’attaque aux muscles avant de s’attaquer aux graisses. Cela engendre effectivement une perte de poids rapide mais qui est liée à une déshydratation (perte de masse musculaire). Une perte de poids idéale pour s’attaquer aux graisses gradue entre 05, et 1 kg maximum par semaine.
  • Changer une habitude de vie vaut toutes les diètes du monde. Une alimentation plus saine et davantage d’activité physique diminuent les risques de développer des maladies et entraine dans son sillage, une perte de poids naturelle et durable.

Un esprit avisé dans un corps avisé

Notre corps fonctionne comme une machine à mémoire active. C’est-à-dire que si durant 40 jours, vous privez votre corps de sa dose habituelle d’énergie, celui-ci va s’en souvenir toute sa vie comme d’une situation critique. Ce souvenir va lui faire changer ses habitudes de stockage, comme s’il devait mieux se préparer à faire face à un nouveau manque. Dès lors, en reprenant des habitudes alimentaires d’avant diète, le corps stockera un peu plus de graisse et prendra du poids encore plus vite qu’avant.

Mais tout n’est pas à jeter

Si vraiment vous décidez d’arrêter votre consommation de produit toxique durant 40 jours, alors bien entendu, votre corps vous en sera reconnaissant. Pourquoi ne pas essayer également la diète des notifications ? En effet, passer votre smartphone en mode « muet » ne pourra que faire du bien. Donc si le carême peut au moins faire réfléchir sur nos habitudes de consommations, le but est atteint et les conséquences seront positives.

A propos de l’auteur

Rédacteur web

Voir tous les posts de Gilles Tornay

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire