Le point de vue du patient pour l’optimisation des traitements médicaux

17 décembre 2020 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de David Bumann

Avec les progrès continus de la médecine, le nombre de traitements possibles pour une même maladie ne cesse de croître. Chaque traitement a ses points forts et ses points plus pénibles pour le patient. Mais ceux-ci ne se révèlent pas de la même manière selon les caractéristiques et le mode de vie propres à chaque individu. À l’ère des algorithmes qui analysent nos comportements, dans le but de décrypter nos pensées, la médecine aussi se doit d’adopter une approche plus humaine et de tenir compte des sentiments du patient, dans ses choix thérapeutiques. Pour l’aider, un outil précieux se met en place: les PROMs

Prim’s sur les PROMs

Les PROMs (patient reported outcome measures) ont le vent en poupe en Angleterre, en Suède et aux USA, qui mesurent déjà leur utilité et leur efficacité. Cet outil de recherche qualitative est un moyen de donner la parole aux patients et de mesurer leur bien-être, tant physique que psychologique, par rapport aux traitements ou interventions qu’ils ont subi. Ce principe de retour sur expérience se fait en trois temps:

  • Un questionnaire est remis au patient avant son traitement afin d’évaluer son état de santé initial et son état émotionnel face à sa maladie.
  • Un second questionnaire durant son traitement, fait état de l’efficacité de celui-ci ainsi que de sa pénibilité.
  • Une dernière évaluation est faite après le traitement, afin de donner la parole au patient sur les résultats obtenus et sa vie après le traitement, tant d’un point de vue physique que psychologique.

Au terme du processus, les PROMs donneront un retour complet sur les soins prodigués au patient, d’un point de vue médical et humain, et répondront aux questions allant de « Est-ce que le traitement a fonctionné? » à « Comment est la vie après ce traitement? », en passant par « Comment avez-vous vécu le traitement? ».

La parole au patient

Les PROMs et leurs précieux retours sur les effets des traitements sur les patients, constituent une base de données à partir de laquelle il est possible d’extraire des informations extrêmement utiles pour l’évaluation de l’efficacité et de la pertinence des traitements. Ainsi, en croisant ces données, il apparaît que tel ou tel traitement est le plus approprié pour certains types de personnes. Sexe, âge et état de santé sont autant de facteurs à prendre en compte dans le choix de la suite des soins. Certains traitements vont être les plus appropriés pour les femmes, les mieux supportés par les personnes atteintes de diabète ou encore vont avoir des effets secondaires plus ou moins supportables selon le mode de vie du patient.

  • Tous ces retours d’expérience changent la manière dont le corps médical aborde la question du traitement et remet le patient au centre des décisions.
  • L’être humain n’est pas un robot. Chacun est unique. Le traitement devrait donc être adapté à la situation du patient.

Restaurants évalués mais traitements épargnés?

Aujourd’hui, chacun peut partager son expérience et donner son avis sur les services du quotidien. Lorsque vous êtes déçu par un restaurant, vous souhaitez que cela se sache afin d’éviter que d’autres personnes soient lésées. Pourquoi les traitements échapperaient-ils au jugement de leurs consommateurs alors que, pour beaucoup d’entre eux, nous avons le choix entre plusieurs alternatives? Pourquoi un traitement mal vécu par la plupart des patients, sans donner de meilleurs résultats qu’un autre, continuerait-il à être administré? Les PROMs permettent d’avoir le recul nécessaire pour évaluer l’efficacité et la pertinence de chaque traitement.

Avec les progrès de la médecine, le patient devrait bénéficier des soins adaptés à sa situation. En effet, le traitement qui lui convient le mieux n’est pas forcément la solution la plus indiquée pour sa voisine. La santé est une affaire personnelle dans laquelle le patient doit être impliqué à chaque étape du processus décisionnel. Les données des PROMs sont donc indispensables pour pouvoir optimiser le choix des soins à prodiguer et pratiquer une médecine centrée sur le patient.

Liens intéressants

A propos de l’auteur

Collaborateur scientifique, Secrétariat Général

Voir tous les posts de David Bumann

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire

Les articles peuvent vous interesser