Michel Corpataux: Le pari gagnant

12 septembre 2019 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Michel Corpataux

Entre la course à pied et moi, tout a commencé à l’été 2015. À 42 ans, j’ai fait le pari de participer à la course Morat-Fribourg! Pari gagné, défi relevé, j’y ai pris goût et depuis je ne peux plus m’en passer. Pourtant, depuis mon plus jeune âge, à part un peu de ski et de vélo, j’avais toujours privilégié la musique au sport. Avec deux répétitions par semaine, en plus des concerts, l’agenda était déjà bien chargé.

Les débuts, pas à pas

J’ai débuté les entraînements de course à pied au sein des Groupes Préparer Morat-Fribourg (GPMF). On se réunissait à l’entrée de la forêt de Moncor (Villars-sur-Glâne) tous les mercredis soir, de la mi-mai jusqu’à la course qui se déroule le premier dimanche d’octobre. Pour cette première, je me suis entraîné en vue de relier Courtepin à Fribourg, soit la moitié du parcours. Après quatre mois d’efforts, j’ai relevé le défi et j’ai franchi pour la première fois la ligne d’arrivée le 4 octobre 2015.

En 2016, fort de cette première expérience, j’ai continué à courir régulièrement. Toujours bien encadré par les GPMF, j’ai atteint le niveau nécessaire pour prendre le départ à Morat et effectuer le grand parcours jusqu’à Fribourg. À la fin octobre, j’ai participé dans la foulée à mon premier semi-marathon entre La Tour-de-Peilz et Lausanne.

Rebelote en 2017 avec Morat-Fribourg mais également la Course du Duc qui a lieu tous les 5 ans, dans le cadre de la Course de l’Escalade. Il s’agit d’un parcours transfrontalier reliant, début décembre, la commune française de Reignier à Genève sur 20 km. Le départ était donné à 21h30 et la course se déroulait donc de nuit. L’arrivée sur Genève à la lumière des lampes frontales, des torches et autres braseros situés au bord du parcours a été un moment magique.

C’est en 2018 que je me suis décidé à attaquer la mythique course Sierre-Zinal. Pour atteindre cet objectif, il a fallu apprivoiser de nouveaux parcours avec beaucoup plus de dénivelés. Comme terrain d’entraînement, j’ai redécouvert les Préalpes fribourgeoises avec des sorties à la Berra, au Moléson, à la Dent de Broc ou encore aux Gastlosen. Parfois, même les rêves les plus fous se réalisent.

Une nouvelle préparation

Cette année, j’ai eu la chance d’intégrer le Team Groupe Mutuel 2019. Ainsi, depuis début mai, je bénéficie des plans d’entraînements et des conseils avisés du Swiss Olympic Medical Center.

Le programme a démarré sur les chapeaux de roues avec une participation au Grand Prix de Berne, une semaine après les 20 km de Lausanne.
Suite au test d’effort réalisé à la Clinique romande de réadaptation (CRR) à Sion, nous avons reçu un tableau des zones d’entraînement personnalisé. Le premier challenge que je me suis fixé a été de respecter ce plan d’entraînement à la lettre. Ainsi, trois fois par semaine, je cours en observant scrupuleusement les consignes données.

La première difficulté était de réussir à courir lentement, soit en endurance de base. Après quelques séances, j’ai apprivoisé cette nouvelle approche et suis sorti de ma zone de confort. Par la suite, il y a eu également des séances avec des intervalles, des sorties en montagne, des pyramides ou encore des sorties en tempo progressif.

Quelques fruits déjà récoltés

Une fois par mois, je retrouve une partie des membres du Team Groupe Mutuel lors d’un entraînement en commun à Berne. Avec notre coach Sylvia Aeby, nous effectuons durant 1h30 toutes sortes d’exercices de renforcement et de coordination. Après chaque séance, nous nous découvrons de nouveaux muscles.

Grâce à une préparation parfaitement adaptée, j’ai relié pour la seconde fois Sierre à Zinal. Depuis cette échéance, le défi est maintenant d’être en mesure de participer au semi-marathon du Hallwilerseelauf, une semaine après Morat-Fribourg, début octobre.

En rejoignant le Team Groupe Mutuel 2019, je continue à me faire plaisir et à progresser dans ma façon de m'entraîner. Pour l’avenir, j’aimerais terminer mon premier marathon d’ici mes 50 ans. Je suis conscient que cela sera encore une étape supplémentaire mais, avec l’expérience emmagasinée durant ces quatre dernières années, cela me paraît être un objectif réalisable.

La course à pied me permet d'apprendre à mieux me connaitre, à repousser mes limites et à m'écouter. Elle m’a également appris que les plus belles victoires sont celles que l'on acquiert sur soi-même.

Lien intéressant

A propos de l’auteur

Membre du Team Groupe Mutuel

Voir tous les posts de Michel Corpataux

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire

LES ARTICLES PEUVENT VOUS INTERESSER