Mon bilan au sein du Team Groupe Mutuel

18 septembre 2018

Voir tous les posts de Sophie Dörfliger

Lors de la présentation du programme en avril dernier, il y a une information qui m’a marquée : lorsque l’on court, nos articulations doivent « porter » trois fois le poids de notre corps. Ce qui veut dire que si l’on a, par exemple, 3 kilos en trop, c’est en fait 9 kg en trop que nos articulations doivent supporter en plus de notre poids usuel ! Etant légèrement en sur-poids, cela m’a donné à réfléchir sur ce que je faisais subir à mes pauvres genoux.

Lors du test d’effort et de la mesure de la composition corporelle, j’ai découvert que j’avais une quantité de graisse légèrement supérieure à la normale et que celle-ci résultait d’une accumulation le long des années…

Il ne m’a pas fallu plus de motivation pour me décider à me « dégraisser », afin de pouvoir améliorer mes performances sportives. C’est donc fièrement que je peux annoncer m’être délestée de près de 5 kg de graisse à fin mai, tout en mangeant varié et équilibré, en évitant les excès. 

Profiter, découvrir, innover : une saison haute en couleur

Parallèlement, je me suis inscrite à trois  courses : le semi-marathon de Genève, le GP de Berne et le 1er Eco-trail de Genève (18 km), afin de me motiver à m’entraîner plus assidûment.

Lors du semi-marathon de Genève, j’ai retrouvé le plaisir de courir une course sans me prendre la tête avec des challenges de temps, en profitant simplement de l’instant présent.

Le GP de Berne était une grande première pour moi, car je ne l’avais jamais fait. J’ai trouvé cette course très belle, avec un super public pour encourager et une organisation au top. Par contre, je n’avais pas prévu de me prendre une averse et un orage sur la tête. Je n’avais ni linge, ni et de quoi me changer. C’est donc mouillée que j’ai fait le chemin du retour, en laissant des flaques sur les banquettes de train. Pour la prochaine course, j’ai appris qu’il faut toujours partir avec son petit baluchon contenant le nécessaire pour se changer.

Pour finir la série, je me suis inscrite à l’Eco-trail de Genève. Je trouvais l’idée sympa, pour mon premier trail, de m’inscrire à une première édition. Le concept de la course en milieu naturel, avec le respect de l’environnement et une autonomie en termes de ravitaillement (un seul de l’organisation sur le parcours) m’a séduite et je n’ai pas été déçue ! La majorité du parcours est sur sentiers et bords de champs, ce qui permet d’être à l’ombre quasi tout le long. Nous étions peu de coureurs, mais il y avait beaucoup de fair-play. J’ai adoré et je prévois de faire un «vrai» trail en montagne dans le courant de l’année.

Gérer l’effort pour plus de plaisir

Les courses se suivaient tous les 15 jours et j’avais peur de ne pas réussir à récupérer entre chaque échéance. Je dois dire que je suis assez fière de moi, car j’ai plutôt bien géré tout en continuant de suivre les entraînements donnés par le coach. A ma troisième course, je n’ai pas ressenti de fatigue accumulée et c’était la première fois de ma vie que je faisais autant de courses d’affilée !

Je me réjouis de continuer l’aventure avec la Team Groupe Mutuel 2018 et surtout de voir mes progrès dans les semaines qui suivent.

Lien intéressant

A propos de l’auteur

Membre du Team Groupe Mutuel

Voir tous les posts de Sophie Dörfliger
Groupe Mutuel

Rue des Cèdres 5 Case postale, 1919 Martigny    |    +41 0848.803.111