Lorsque courir devient une passion

08 octobre 2019 | commentaire(s) |

Voir tous les posts de Anita Stecher

Enfant déjà, j'aimais bouger et être dehors. Lorsque la nuit tombait, c’était à contrecœur que mes frères et moi rentrions à la maison. Durant ma jeunesse, j’ai fait peu de sport. C’est par la suite que j’ai développé une véritable passion pour la course à pied.

En 2013, pendant mes études à Vienne, il m’est soudain venu l'idée de m'inscrire au Vienna City Marathon. Je ne savais pas qu’il y avait une longue liste d'attente et que la course était généralement complète des mois à l'avance. Mais j'ai eu de la chance et j'ai obtenu une place sur la ligne de départ. Ça s’est passé fin janvier 2013 et le marathon a eu lieu en avril. Comme je suis une personne très ambitieuse, j'ai réussi à atteindre la ligne d’arrivée malgré ma courte préparation.

Depuis, la course à pied est devenue une véritable passion et je participe à deux ou trois marathons par année. Je préfère ceux du printemps et de l’automne car cela me permet de rester en forme toute l’année.

Courir autour du monde

Pour moi, courir est la chose la plus naturelle au monde. Il suffit d’une paire de baskets et hop, c'est parti! Que l’on soit jeune ou vieux, robuste ou mince, grand ou petit: faire du sport rapproche les gens partout dans le monde.

Je combine souvent la course à pied et les voyages. J'ai déjà chaussé mes baskets au Japon, à Hawaï et en Afrique du Sud. En octobre, je pars en Nouvelle-Zélande pour participer au marathon d'Auckland. Les voyages me permettent de connaître de nouvelles personnes, de découvrir d’autres cultures, de vivre des expériences inédites et de ramener des souvenirs magnifiques. J'aime rencontrer les gens, échanger mes expériences et créer de nouveaux contacts.

Mais j’aime aussi courir ici, en Suisse. Je n’ai pas d’endroit de prédilection. Pendant le week-end, je vais souvent courir dans la forêt. J’aime l’odeur des arbres et des feuilles. Pendant la semaine, j’ai moins de temps et je fais mon footing le long de la Limmat ou de la Sihl.

«Ris, et tout le monde rira avec toi»

Avant ma participation au projet Team Groupe Mutuel 2019, je m'entraînais sans avoir de plan précis. J'ai couru 16 marathons à ma façon, comme je le sentais, et je suis toujours parvenue à franchir la ligne d'arrivée. Mais suite au test du centre médical Swiss Olympic de la clinique de rééducation de Bellikon, mon mode d'entraînement a changé.  Grâce à la mesure du lactate sanguin, couplé à la fréquence cardiaque, je connais maintenant ma «zone d'entraînement idéale».
Ce type d'entraînement a déjà porté ses fruits à la Frauenlauf de Bâle, où j'ai participé aux couleurs de l'équipe. J'ai terminé troisième de ma catégorie d'âge et j’en suis très fière! Mais je continuerai à participer à des courses pour le plaisir.

Mon conseil? Ris, et tout le monde rira avec toi. Rire au quotidien met de bonne humeur, on se sent tout de suite mieux!

Lien intéressant

A propos de l’auteur

Membre du Team Groupe Mutuel

Voir tous les posts de Anita Stecher

Commentaire(s) ()

Laisser un commentaire

LES ARTICLES PEUVENT VOUS INTERESSER