La course à pied dans tous ses états

27 mars 2019

Voir tous les posts de Tanya Lathion

Pour certains, la course à pied est une torture nécessaire. Pour d’autres, courir est un véritable plaisir. La pratique de ce sport ne semble pas nécessiter beaucoup d’équipement. Pourtant, le matériel est d’une importance primordiale pour profiter pleinement des kilomètres parcourus. Ne vous laissez plus décourager par l’effort et mettez toutes les chances de votre côté, pour aimer bouger.

Courir après l’endorphine

C’est la star du marathon et la coqueluche du footing. L’endorphine est sur toutes les lèvres et on l’aimerait tous dans notre cerveau. C’est elle qui est responsable de l’addiction à la course à pied. Une fois que vous aurez profité de ses effets, vous ne pourrez plus vous en passer. Observons de plus près cette hormone du bonheur, dont la sécrétion va vous motiver comme jamais !

Le nom endorphine est la contraction de morphine fabriquée par le corps (en passant par le latin, que l’on vous épargne). En effet, ce peptide (une petite chaîne d’acides aminés) a sur nous le même effet antidouleur et euphorisant que la célèbre morphine.
Pour en savoir plus sur les hormones, demandez à notre cher Maestro.

Vous l’aurez compris, l’endorphine c’est un peu notre drogue bio à nous. Pour activer sa libération, nous devons ressentir une forte douleur, une grande excitation, avoir un orgasme ou pratiquer une activité physique intense. Alors, pour profiter du bien-être que procure l’endorphine, vous avez le choix :

  • Coincez-vous le doigt dans une porte violement – pas très agréable.
  • Allez voir Mickey – pas très bon marché.
  • Faites l’amour – pas toujours très envisageable. 
  • Faites du sport – ha voilà ! Ça c’est accessible à tous !

En pratiquant la course à pied 30 minutes par jour, à un rythme soutenu, vous pouvez libérer jusqu’à 10 fois plus d’endorphine qu’en temps normal. Vous faites du bien à votre corps et vous donnez un super coup de fouet à votre moral. 

Pas de pied pas de cheval

Ce vieux proverbe de chevalier pourrait aussi bien s’appliquer au fan de course à pied. On ne va pas loin avec des cloques. Le choix de vos baskets est donc capital. Mais vous pouvez vous sentir perdu, au milieu de la multitude de modèles existants. Prenez le temps de vous faire conseiller dans un magasin spécialisé. Vous pourrez faire analyser votre foulée et déterminer si vous êtes pronateur, supinateur ou universel. Ces termes sont impressionnants mais rassurez-vous, ils ne parlent pas de déviance psychologique ; juste de foulée:

  • foulée universelle : votre poids est réparti uniformément sur l’avant du pied.
  • foulée pronatrice : votre poids se concentre sur l’intérieur du pied.
  • foulée supinatrice : votre poids se concentre sur l’extérieur du pied.
N’hésitez pas à prendre avec vous votre ancienne paire de baskets. Même si elle incitera le vendeur à ajouter un désodorisant à votre panier, l’usure de la semelle sera d’une grande aide pour déterminer la nature de votre foulée. Vous repartirez avec une chaussure adaptée et vos petits petons vous remercieront.

Visualiser ses progrès

Quoi de plus motivant que de constater tout le chemin parcouru? Il y a deux mois, vous rentriez à bout de souffle après le tour du pâté de maisons. Aujourd’hui, vous courez deux kilomètres sans forcer. Et demain? Combien de calories avez-vous brûlé ce matin? Pouvez-vous vous permettre cette petite douceur au goûter? Toutes ces questions trouvent réponse grâce aux montres connectées.

Une multitude d’applications vous permettent de constater vos progrès, composer votre programme d’entraînement ou comptabiliser vos efforts. Lorsque la technologie se met au service de notre santé, pourquoi s’en priver?

Liens utiles

A propos de l’auteur

Rédactrice Web

Voir tous les posts de Tanya Lathion
Groupe Mutuel

Rue des Cèdres 5 Case postale, 1919 Martigny    |    +41 0848.803.111